Archives pour la catégorie Le python

morelia-viridis

Python morelia viridis

Le python viridis, souvent vert, rouge ou jaune, est de la famille des Morelia, venant le plus souvent d’Australie. Il vit sur sa branche et nécessite une attention particulière car il a besoin de lumière et d’hydrométrie.

Provenance:
Nouvelle Guinée et iles voisines, Australie. Habitat souvent dans les forets ombrophiles. Il ressemble au boa émeraude mais celui-ci est interdit à la vente car protégé en Guyane. Il est arboricole et nocturne, son biotope est plutôt tropical.

Description:
L’adulte est souvent vert vif avec du bleu et des tâches blanches ou bleues sur le dos. Les jeunes eux peuvent etre jaunes, rouges, oranges ou même prunes pour les plus rares. Ces couleurs varient selon l’ile de provenance et l’altitude. Il a deux crocs non venimeux mais utiles pour attraper les proies de sa branche sans les lâcher. Il peut atteindre 2m à l’âge adulte pour certains et peut vivre 15 ans. La maturité sexuelle est de 4 ans pour les femelles et 2 à 3 ans pour les mâles.

Conditions d’élevages:
Il lui faut 25 degrés au point froid et 30 degrés au point chaud, et 22 degrés environ la nuit. L’hygrométrie doit être de 80% pour ne pas qu’il se déshydrate, un brumisateur est même recommandé fortement. De plus, le terrarium devra être très bien ventilé pour ne pas que l’humidité stagne. Il est considéré comme délicat à élever car très sensible aux mauvaises conditions d’élevage, il pourra mordre en cas de stress. Il leur faut une branche et un terrarium plutôt haut.

Nourriture:
Il est bon mangeur si les bonnes conditions d’élevage sont respectées, et se nourrit de rongeurs ou d’oiseaux dans la nature.

Localités:

ARU: écailles blanches sur fond vert dans le dos, regroupées ou en petits paquets. Juvéniles jaunes à queue noire. Certains adultes ont des écailles bleues sur le ventre ou la tête. Ils ont une queue courte, et les juvéniles sont parfois difficiles à démarrer, mais ils sont plutôt manipulables.
BIAK: ils sont plus imposants et teigneux. La queue est longue et pointue. Les individus « outcross » croisés avec une autre localité sont souvent moins agressifs. La couleur dominante est le vert olive, avec des écailles jaunes même adultes pour certains. Les juvéniles sont jaunes ou rouges avec des traces jaunes, et le changement ontogénique peut se faire en 4ans.
MERAUKEE, (Papouasie): ils ont une ligne dorsale continue d’écailles blanches, parfois discontinue pour ceux nés en captivité. L’altitude joue un rôle dans cette ligne dorsale blanche selon Kark Switak.
MAINLAND, SORONG, JAYAPURA: ceux la sont difficiles à distinguer. Les SORONG ont une ligne dorsale bleue sur un fond vert, la tête est petite et la gueule courte, laquelle est pigmentée de noir ou bleu foncé, ils sont en général petits. Les JAYAPURA ont des marques dorsales bleues claires, le corps olive, la queue plutôt jaune, bleue ou verte.
WAMENA: ils ont une ligne dorsale très fine, moins contrasté que les SORONG, les juvéniles sont marrons ou jaunes, et certains ont des écailles noires.
KOFIAU: ils naissent toujours jaunes mais changent de couleurs vers le vert olive clair.
AUSSIE GREENS: ils ressemblent aux MERAUKEE et les juvéniles sont marrons ou jaunes, mais ils sont très rares et très chers.

curtus-malais

Python curtus malais

C’est le plus corpulent des pythons, divisé en deux sous espèces, originaire de Thailande et Malaysie, facilement reconnaissable par son poids relativement important par rapport à sa taille, assez petite, de moins de 1m80.Il est assez agressif en général., donc reservé aux confirmés.

Description:
Ce sont des serpents de taille moyenne, nocturnes terrestres et fouisseurs. Ils ont un biotope très humide, souvent dans des eaux peu profondes. Dans la nature, ils mangent des petits mammifères, oiseaux ou petits varans aquatiques. Il y a trois sous-espèces: Brongersmai, Curtus et Breitensetini. Ils viennent d’Asie (Malaisie, Sumatra, Indonésie, Vietnam…). Il peut peser jusqu’à 15kg, il faut donc en prendre conscience avant de prendre un tel animal chez soi.

Conditions d’élevage:
Il lui faut des cachettes, un grand bac d’eau est important et une couche épaisse de substrat (copeaux de cocos très appréciés). La température est autour de 28 à 32 degrés, et 23 la nuit. Pour son acclimatation, il faut le maintenir dans la pénombre de préférence. Le terrarium devra faire 120X60X80. Il faut changer l’eau souvent car ils s’immergent beaucoup et il faut éviter d’éventuelles lésions cutanées (mycoses…). L’hygrométrie devra être de 80%, sous peine qu’en dessous de 60 ils se déshydratent et muent mal. Cette espèce a tendance à l’obesité, il ne faut donc pas surnourrir son animal (une fois toutes les deux semaines pour un adulte nourrit la nuit semble être bien).

Reproduction:
La maturité sexuelle est d’environ 3 ans. Il peut pondre entre 3 et 15 oeufs même si certains specimens peuvent aller jusqu’à 24 oeufs. Il est sensible aux infections pulmonaires si son terrarium n’est pas assez chaud, il faut donc être très vigilant.

seba

Python seba

Le python de Seba, originaire d’Afrique, est l’un des plus long serpent du monde, pouvant faire jusque 6 mètres de long. Ce serpent peut vivre jusque 30 ans en captivité et peut faire plus de 100kg, il nécessite donc des besoins énormes en espace et nourriture. Il est également très agressif, de ce fait il est rare en captivité.

birman

Python birman

Le python birman est un constrictor originaire d’Asie, plus gros que le python royal. Il peut facilement faire 4 mètres de long. En captivité, il est plus agressif que le python royal.

reticule

Python réticulé

C’est le plus gros serpent élevé en captivité. Il peut mesurer jusqu’à 9m et faire jusqu’à 150kg. Ils sont les plus élancés et sombres. Ce python originaire du sud de l’Asie devient de plus en plus commun en captivité mais sa taille et son poids doivent être pris en compte avant de le posséder.

Description:
Ce python a été renommé Broghammerus reticulatus et vient d’Asie du sud-est (Thailande et iles voisines). Il peut atteindre des proportions importantes, il faut donc y réfléchir avant de l’acquérir car a besoin d’espace et d’une nourriture qui peut s’avérer couteuse. Les femelles sont en général plus grosses que les mâles. De moeurs mi-terrestres mi-arboricoles, il lui faut un terrarium solide et grand.

Conditions d’élevage:
Il lui faut un terrarium en « dur », plutôt sec, d’aù minimum 4X3X3m. Une auge d’eau tiède devra être à sa disposition, mais changée régulièrement pour éviter les bactéries. Il peut être difficile à manipuler car grand et gros, il faut donc être deux souvent pour s’en occuper. Il faut le manipuler souvent pour qu’il y soit habituer. Il lui faut 28 degrés dans le terrarium ou la pièce. Des copeaux d’Aspen peuvent être un bon substrat car il absorbe bien les excréments (qui sont nombreux vu les proies). En raison de son agressivité, il faut un CDC pour le maintenir chez soi.

Nourriture:
Vu sa taille, il mange des rongeurs, puis lapins, volailles, porcelets ou encore moutons. C’est un chasseur, il faut donc faire attention quand on le nourrit à ne pas se faire attaquer, car il a une grande force.

Reproduction:
La maturité des femelles est atteinte comme beaucoup vers les 4ans et 3 chez les mâles. Il peut être agressif, c’est donc pour cela que peu de terrariophiles les reproduisent.

regius

Python regius

Le python regius, royal, est un constricteur, originaire d’Afrique, mesurant en moyenne 1m20 une fois adulte. C’est probablement le serpent le plus commun en captivité mais aussi le plus développé avec ses nombreuses phases possibles. Cette espèce peut être difficile à démarrer pour un débutant car il est timide, parfois agressif juvénile et refusant parfois de s’alimenter. C’est notre bête fétiche en raison des multiples possibilités de phases. Le python royal est issu de la famille des Pythonidae.

Il est constricteur, et mesure 120cm en moyenne une fois adultes. La femelle est souvent plus grosse que le mâle. On le trouve surtout en Afrique de l’ouest, dans des prairies et savanes. Il est assez facile à manipuler en général, même si ces animaux stressent beaucoup. Il mange de petits rongeurs. Ce python est ovipare, la maturité sexuelle est atteinte entre 6 mois pour certains mâles et 2 ans chez les femelles en général. La femelle pond en moyenne 8 oeufs, qui éclosent après 60 jours. Les pythons issus de la nature, de farming, sont souvent parasités et difficiles à nourrir. Il vit en moyenne 15 ans en captivité.

Règlementation:
Cette espèce est soumise à la CITES en annexe 2. Il est limité à 25 spécimens sans CDC, certificat de capacité.

Choix de l’animal:
Il vaut mieux:
Choisir un python NC, né en captivité plutôt qu’en farming, souvent parasité d’acariens.
Prendre un animal exempt de plaies, mue mal faite, muqueuse irritée, salive au niveau de la gueule qui serait signe de pneumonie.

Conditions d’élevage:
Il peut être élevé en rack ou en terrarium. Le terrarium doit faire 90X50X50cm environ. L’éclairage doit être minuté par jour/nuit, mais la lumière du jour leur suffit. Par contre, il faut un chauffage avec un gradient thermique, c’est à dire un point chaud et un point froid dans le même espace de vie. Le point froid doit être de 25°, et chaud à 31°. La nuit, on passera à 24°, grâce à un thermostat. L’hygrométrie sera de 65% environ. Il faudrait aussi une cachette et des branches pour l’animal. Nous pouvons changer ces variables en hiver, mais ce n’est pas obligatoire.

Alimentation:
La taille des rongeurs doit être adaptée à l’animal. On peut donner vivant ou mort, ou encore fraichement tué, selon ce que l’animal accepte. Attention, ne pas laisser une souris vivante seule avec un python, car elle risque de s’attaquer à lui.
Pour les plus récalcitrants refusant de se nourrir régulièrement, nous pouvons donner à la pince en agitant l’animal, voire même aller jusqu’au gavage, mais attention cela peut traumatisé l’animal. (lien rubrique maladies)
En moyenne, une proie toute les 10 jours est acceptable, mais cela dépend vraiment des specimens. Pour les plus jeunes, cela peut aller jusqu’à tout les 5 jours.

Reproduction:
Pour accoupler mâles et femelles, il est nécessaire de mettre les serpents 5 jours en présence, puis de mettre le mâle au repos 2 jours, en le nourrissant. Souvent, une femelle refusant de se nourrir, changeant de couleur et grossissant pendant un temps d’ovulation variable de 3h à 4j, peut être gravide. Pour la maintenance des oeufs, un incubateur est nécessaire avec un fort taux d’hygrométrie et des conditions spéciales. L’incubation naturelle peut être possible pour les femelles les plus vigoureuses, mais elle peut fatiguer fortement l’animal.